gerald

Q2-2020: comment justifier le recrutement du directeur de cabinet de Hervé Seyve quand on annonce vouloir mener une politique « radicalement » différente?

Comme un goût de Emmanuel Macron : officiellement « ni de droite, ni de gauche », le nouvel exécutif municipal recrute pourtant clairement à droite pour les postes politiques. On connait la suite…

Comment expliquer juridiquement que cette personne occupe ce poste alors que son contrat s’est légalement achevé avec la fin du mandat de Hervé Seyve et qu’aucun arrêté n’a été pris pour le ré-embaucher?

Comment justifier politiquement que le nouveau maire – officiellement ni de droite ni de gauche – recrute ce personnage central de la mandature précédente de droite, alors qu’il annonce vouloir mener une politique « différente » ?

Une nouvelle version du fameux « en même temps » ?

Q1-2020: les citoyens peuvent-ils avoir accès à l’ordre du jour complet et détaillé des Conseils Municipaux?

La question:

C’était l’un de nos engagements durant la campagne des municipales. Gérard Majot, citoyen engagé, membre de illac en commun, l’a posée publiquement lors du conseil municipal du 23 juillet 2020 à Monsieur le Maire : 

Pourquoi les citoyens ne peuvent-ils pas disposer, tout comme les élus, de l’ordre du jour détaillé, avec le détails des délibérations et des annexes, afin de pouvoir suivre le Conseil Municipal dans des conditions correctes ?
A fortiori maintenant qu’il est retransmis !

La vraie fausse-bonne nouvelle Parc du Laugey de Mongran : ou comment transformer les fameux espaces verts en zones à construire…

Le 29 juillet 2020, la nouvelle équipe municipale, fait voter l’annulation de la délibération portant mise en compatibilité du PLU nécessaire à la mise en place du projet du Parc de Laugey de Mongran.


Parce qu’elle n’y substitue pas une déclaration de ZAC, elle prend le risque que chaque propriétaire y aille de son projet sans aucune cohérence d’ensemble, en gardant à sa charge l’ensemble des coûts des équipements publics et voiries afférentes.


Pire, sous les apparences d’une décision visant à « contenir » l’urbanisation, la nouvelle équipe pourrait réussir la prouesse de faire des fameux espaces verts « sanctuarisés » la dernière possibilité de terrains à construire… un comble !

Exploitation d’une centrale d’enrobage à chaud par la société EHTP sur Saint-Jean-d’Illac.

La production moyenne journalière prévue est de 700 tonnes, entre 7h00 et 22h00.

Un trafic supplémentaire pour les matières nécessaires à la fabrication de l’enrobé: 2 200 camions (22 rotations/jour) pour les granulats + 140 camions environ (7 camions/semaine) pour les liants hydrocarbonés + 15 camions (1 camion/semaine) pour le fioul lourd.

Des émissions atmosphériques induites par les activités de la centrale d’enrobage dont : poussières et rejets gazeux de type SOx, CO2, NOx liés à l’utilisation du fioul lourd pour la fabrication des enrobés.

Rejets en GES des groupes électrogènes et de la chaudière : 13,5 tonnes équivalent CO2/ jour de fonctionnement.

L’itinéraire des camions emportant les enrobés : accès à la RD 106 par le rond-point de la Poudrière, circulation sur la RD 106 vers l’Est en direction de Mérignac ou vers l’Ouest en direction de Saint-Jean-d’Illac.

c’est pas encore la fin de l’étai …

Entre une salle culturelle qui tourne à l’arlésienne et une ZAC centre-ville qui nous promet 10 ans de travaux, on vous le dit, nous sommes loin de la fin de l’étai…
Et puisque ça construit de partout, nous, nous vous proposons notre dernière fabrication :  la nouvelle version du site internet de illac en commun !
Ce nouveau site se veut:

  • constructif : vous pouvez y trouver clairement et simplement toutes les décisions et délibérations de celles et ceux qui administrent notre ville (l’observatoire des décisions)
  • instructif : nous tentons de partager les infos (le kiosque à infos), de les décrypter (l’atelier de décryptage),
  • objectif : nous proposons de suivre la réalisation des engagements pris par l’équipe qui dirige désormais la municipalité (l’observatoire des engagements),
  • subjectif :  nous posons nos avis (regards libres), nos repérages (la fabrique à idées) et nos propositions (pour demain),
  • subversif : nous affichons nos questions suspendues (la question est posée) et nos rendez-vous pour débattre (les cafés de la controverse).
  • positif : nous serons les premiers à afficher les avancées obtenues (les conquêtes partagées).

Notre approche est optimiste : nous souhaitons le meilleur destin pour notre ville et espérons la réussite des projets entrepris.
Notre approche est constante et équitable : nous poserons les mêmes questions que nous aurions posées aux équipes précédentes dans des situations similaires. Nous afficherons les mêmes attentes qu’auparavant quant aux progrès partagés pour notre ville et ses citoyens, en terme de solidarité, d’égalité et même de fraternité ! Nous aurons la même exigence aussi quant à l’accès à la citoyenneté, l’accès à l’information et l’éthique au quotidien. Bref l’ADN de illac en commun

Alors on vous souhaite de bonnes visites, de bons commentaires, voire même de partager notre chemin, en rejoignant désormais l’association illac en commun !

 

Questions de démocratie:
le débat commence aujourd’hui.

illac en commun vous a proposé pour ces élections municipales, une offre politique centrée autour de valeurs exigeantes et claires.

En ne promettant pas à tour de bras, en pensant la finitude de nos ressources, en pensant le monde qui vient plutôt que de ressasser le monde d’avant.

Au coeur de notre démarche : la question démocratique.

Alors, lorsque plusieurs listes nous ont sollicité pour débattre, nous y avons répondu favorablement. Le débat est sain, la confrontation des idées salutaire.
Et dès le soir du premier tour, nous avons entamé notre travail de citoyens actifs : décoder, comprendre, débattre et… proposer.

Et nous vous livrons ici, notre première restitution.

mobilisés pour la transition : démocratique, solidaire et écologique !

L’échelle locale est primordiale pour la transition écologique, sociale et démocratique, et les élections municipales de mars 2020 seront un moment clé pour encourager cette transition partout en France.

L’équipe de « Pacte pour la Transition » a donc conçu cet outil, 32 mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques et plus justes. Leur objectif est d’inspirer et d’accompagner les habitant·es et les candidat·es locaux qui souhaitent œuvrer à transformer nos communes.

Les 32 mesures du Pacte ont été rédigées par 60 organisations, une large consultation citoyenne et un comité d’expert·es. Elles s’accompagnent notamment de fiches techniques comprenant des retours d’expérience de communes qui ont déjà mis en œuvre les mesures.

Tant sur la démarche que sur le contenu, nous avons choisi de nous engager.